Parallax Background Image

Conseils pour conduire en toute sécurité sur des routes glacées

De nombreux Canadiens sont habitués aux hivers longs et froids. Mais l’idée de conduire dans des conditions hivernales rigoureuses en fait grimacer plus d’un. La plupart des Canadiens seront amenés un jour ou l’autre à conduire sur des routes verglacées ou enneigées. En sachant comment réagir rapidement et correctement, ils en seront quitte pour une bonne frousse de quelques secondes au lieu de faire un accident.

Conseils pour la conduite hivernale

  • Faites preuve de prudence sur la route
  • Bien que ce soit une question de bon sens, c’est un point extrêmement important. Le non-respect des distances de sécurité, la vitesse, le changement brusque de voies sont autant de facteurs qui peuvent entraîner des collisions pour vous ou les autres conducteurs alentour. Les distances d’arrêt sur une chaussée glacée sont plus de deux fois supérieures à celles qui sont prescrites sur une chaussée sèche. Pour une conduite plus sécuritaire et moins stressante, laissez de l’espace, ralentissez et faites attention aux autres véhicules.

  • Utilisez des pneus d’hiver
  • Il est prouvé que les pneus d’hiver ont une meilleure adhérence sur les routes verglacées. C’est pourquoi les gouvernements provinciaux offrent des remises ou des primes d’assurance aux Canadiens quand des pneus d’hiver sont posés sur leurs véhicules. Même si le prix de ces pneus peut sembler élevé, ce n’est rien en comparaison des factures de réparation ou de l’augmentation des coûts d’assurance à la suite d’un accident, sans parler de la tranquillité d’esprit que l’on peut avoir en sachant que l’on roule avec des pneus adaptés. Plus de renseignements sur les pneus d’hiver ici.

  • Sachez conduire sur de la glace noire
  • La glace a une influence sur votre distance d’arrêt ainsi que sur la tenue de route. Entraînez-vous à conduire dans des conditions de verglas, par exemple sur un parking vide, couvert de glace ou enneigé pour vous y préparer. Familiarisez-vous avec les réactions du véhicule lorsque vous freinez brusquement ou lorsque vous commencez à glisser. Il est également important d’essayer lorsque vous avez vos pneus d’hiver. Les pneus d’hiver sont faits d’un composé qui restera souple par temps froid, contrairement aux pneus d’été ou quatre saisons qui durcissent à basse température.

Qu’est-ce que de la glace noire?

La glace noire ressemble à la glace ordinaire dans la mesure où elle se forme sur la chaussée après une pluie verglaçante ou lorsque la neige ou la pluie regèle. Elle se forme souvent lorsque la température de l’air est supérieure à celle de la route. En raison de cet écart de température, la vapeur d’eau dans l’air gèle aussitôt qu’elle arrive sur la chaussée. Une chute rapide de la température produit aussi de la glace noire, l’eau sur la chaussée n’ayant pas eu le temps de s’évaporer avant de geler. La glace noire porte ce nom parce qu’elle ne contient pas de bulles et est donc entièrement transparente. Comme elle se confond avec la surface, elle est difficile à voir.

Apprenez à repérer la glace noire

Étant donné que la glace noire est presque transparente, il est extrêmement difficile de la repérer avant de rouler dessus. À la place, essayez de prévoir quand et où elle pourrait se former. C’est le cas des ponts, par exemple, car les températures du vent soufflant en dessous sont généralement plus froides que la chaussée elle-même. C’est aussi le cas aux premières heures de la journée ou pendant la nuit, car à ces heures, la température tombe sous le point de congélation, ce qui entraîne l’apparition de plaques de glace. Autre conseil : surveillez attentivement les véhicules qui vous précèdent. Si vous les voyez faire une embardée, c’est qu’ils ont probablement repéré une plaque de glace sur la route.

Comment prévenir les dérapages

Si vous rencontrez de la glace noire, il est important de procéder comme suit :

  1. Restez calme
  2. N’ayez aucune réaction brusque et maintenez le véhicule en ligne droite
  3. Gardez le volant droit et relâchez la pédale d’accélérateur
  4. N’enfoncez pas la pédale de frein
  5. Disposez vos mains à neuf et trois heures sur le volant Vous aurez un meilleur contrôle qu’aux positions recommandées habituellement, soit dix et deux heures

Que faire si vous commencez à déraper?

Si vous commencez à sentir l’arrière du véhicule déraper, souvenez-vous :

  1. Là aussi, restez calme
  2. En surcompensant instinctivement, vous risquez de provoquer un dérapage incontrôlé.

  3. Regardez la direction où vous voulez aller, et non pas celle que vous craignez.
  4. Même si vous êtes instinctivement porté à regarder les véhicules alentour, gardez le regard braqué sur votre objectif.

  5. Tournez doucement le volant dans la direction où va l’arrière du véhicule
  6. Si vous combattez ce mouvement, vous pourriez perdre la maîtrise du véhicule.

  7. Freinez légèrement si vous dérapez beaucoup
  8. Si votre véhicule est doté d’un système de freinage antiblocage (ABS), mettez le pied sur le frein et appliquez une pression progressive – le système ABS pompera les freins pour vous. La pulsation que vous sentirez sous la pédale de frein indique que le système ABS est en train de bloquer et de débloquer les freins. N’enlevez pas le pied de la pédale de frein quand vous commencez à sentir cette pulsation.

    Si votre véhicule n’est pas équipé d’un système ABS, utilisez la méthode pointe-talon, qui consiste à garder le talon au plancher et à pomper doucement les freins avec les orteils durant le dérapage tout en maintenant le volant orienté dans la direction où l’on veut que la voiture se dirige. Si vous sentez que les freins se bloquent, relâchez-les et répétez cette procédure jusqu’à ce que le véhicule s’immobilise.

Préparez-vous à la conduite hivernale et découvrez d’autres conseils de sécurité du ministère des Transports.